Trouver sa raison d’être

 

On peut appeler sa raison d’être de multiples manières comme sa mission de vie, sa voie, sa graine, son essence, son pourquoi, etc… à chacun de trouver le sien pourvu qu’il le trouve ! Car trouver sa raison d’être, c’est être conscient de soi même, c’est se sentir à sa place, faire ses choix en alignement avec ses valeurs, c’est avoir cette impression évidente de servir à quelque chose de bien plus grand que soi. C’est se savoir sur le bon chemin, donner le meilleur de soi même ; c’est exister tout simplement !

Quand on trouve sa raison d’être, tout notre chemin s’éclaire. Alors on comprend les étapes qu’il nous a fallu pour y arriver, on comprend toutes les synchronicités que la vie a mise sur notre route, tout devient lumineux. On prend soudainement de la hauteur sur nous même et sur la vie. La frustration, la colère, la jalousie, la culpabilité s’effacent quand on trouve sa raison d’être. Parce qu’on se sent totalement libre, conscient et responsable de ses choix et de ses valeurs. Et tel un instrument de musique, on sonne, on vibre JUSTE !

Mais avant ça, tout un chemin est à parcourir plus ou moins long pour chacun d’entre nous voire parfois malheureusement impossible à atteindre pour certains.

 

Trouver sa raison d’être commence dès l’enfance :

 

L’enfant sait déjà qui il veut devenir ! Comme il a des compétences précoces, capable dès la naissance d’interagir avec le monde qui l’entoure, comme il a des capacités incroyables d’adaptabilité. L’enfant a aussi cette capacité de vivre pleinement ses rêves. Et cette capacité d’être à la fois dans les sensations, les émotions et l’imaginaire sans aucun filtre lui donne ce fabuleux pouvoir que tout est possible ! Les personnes spirituelles diront que l’âme qui s’incarne sait ce qu’elle doit vivre…

Malheureusement, ce pouvoir s’éteint peu à peu, au fur et à mesure qu’on grandit et suivant, bien sûr, notre éducation, notre environnement familial, scolaire, social, nos racines, etc… Et nos croyances se transforment petit à petit, comme nos héros, comme notre volonté, comme nos envies pour s’adapter au monde qui nous entoure, pour se faire aimer. Et on s’éloigne de plus en plus de qui on voulait devenir !

 

L’adolescence rime avec expérience :

 

A l’adolescence, c’est l’égo qui se construit. Tel un papillon qui sort de sa chrysallide. C’est beau mais en même temps, fatiguant et dangereux ! Fatiguant dans le sens le plus concret par la croissance physique et intellectuelle mais aussi par la recherche de son soi. Et dangereux, parce que l’adolescent va devoir s’affirmer, se confronter aux parents, aux profs, aux copains, à l’amour, etc, pour exister. Il va devoir alors oser, prendre des risques, faire des erreurs, faire ses propres expériences pour ensuite voler de ses propres ailes !

La dernière année du collège montre le tournant. Une année de choix, de décision de son orientation où l’adolescent est confronté à ses envies, ses attirances, ses besoins. S’il est libre de ses choix, il assumera plus facilement ses erreurs et pourra ainsi rebondir dans la vie. S’il est contraint de suivre une direction qu’il n’a pas choisie, il sera plus difficile pour lui de recontacter ses réels besoins et envies plus tard.

L’adolescent est capable de prendre conscience de ses attirances, de ses compétences, d’écouter son cœur plutôt que sa raison s’il est accompagné dans ce sens par les parents, l’éducation nationale, ses copains, etc… Il n’a qu’un besoin, celui de lui faire confiance même s’il se trompe ! Car souvent, ce sont nos erreurs qui nous montrent le vrai chemin, celui qui nous correspond vraiment. Mais parfois, on doit d’abord expérimenter ce qui n’est pas pour nous ! Rien n’est linéaire, rien n’est stable comme tout est malléable, tout est éphémère.

De l’adulte à la maturité :

 

Dis moi le métier que tu fais et je te dirai qui tu es …

Malheureusement, pour se présenter, on a pris cette habitude d’afficher ce qu’on fait dans la vie. Parce qu’on pense, à tort, exister dans le faire. Se sentir utile, c’est forcément travailler, gagner de l’argent, œuvrer pour les autres que ce soit sa famille, son entourage ou une association caritative. Tout cela est juste sauf quand on s’oublie. Quand le faire dépasse largement l’être qui est en nous, à un moment donné, la crise va éclater ! Et c’est la crise de la quarantaine ou celle de la cinquantaine qui arrive parce que la vie nous montre qu’il est temps de s’occuper de soi, de se réaliser pleinement pour exister véritablement (https://www.intuitivesante.fr/le-sens-de-la-crise/)

à la découverte de son inconscient :

Je préfère de loin cette autre citation : « Dis moi ce que tu tais, et je te dirai qui tu es » … de Jacques Sternberg  (1923-2006)

Parce que nous sommes tellement plus que nous pensons être. Carl Gustave Jung disait que notre conscience de nous même soit notre égo, notre volonté ne représente que 10% ce qui veut dire que nous n’avons aucune conscience des 90% restant, c’est pour dire ! Et c’est ce qu’on appelle notre inconscient. Ce sont nos désirs, nos émotions refoulés (peurs, colères, culpabilités,etc), nos intuitions, nos rêves et tout l’inconscient collectif (les archétypes ou représentations mentales comme le Père, la Mère, Jésus, etc…). Et quand on cherche notre raison d’être, il suffira d’aller explorer notre inconscient pour la trouver ! C’est la voie de nos profondeurs, de notre corps, de nos émotions, de nos rêves d’enfant, de nos intuitions. Si on fait abstraction de cet iceberg en nous, on ne connait qu’une infime partie de nous !

La maturité arrive quand on ose affronter ses profondeurs, ses peurs, quand on se pardonne les erreurs passées, quand nos choix deviennent parfaitement alignés avec ses valeurs, quand on finit par s’aimer tel que l’on est vraiment. Alors, nos choix sont pris en fonction de ses ressentis, de son cœur et plus parce que la raison nous dit que c’est mieux ainsi. Et comme on se transforme pour retrouver sa juste place, notre vie se transforme aussi… Ce qui veut dire que pour changer de vie, il faut d’abord se changer soi. 😉

 

La vieillesse rime avec sagesse :

Un adulte accompli est un retraité heureux qui peut jouir pleinement de son repos bien mérité. Il n’a plus rien à prouver, plus rien à chercher, plus rien à sauver (j’entends ici : son âme). Il pourra être fier d’avoir exister, vibrer à sa juste valeur laissant ainsi une trace derrière lui, celle de sa mission de vie montrant même la voie à ses descendants.

Et quand on n’a pas eu peur de vivre, on n’a pas peur de mourir…

 » Le sens de la vie est de trouver ses dons. Le but de la vie est d’en faire don aux autres » Pablo Picasso

 

Je vous souhaite le meilleur,

Laurence

 

 

 

 

Recevez en cadeau 3 clés essentielles pour vous aider à prendre LA bonne décision dans n'importe quelle situation !

En vous inscrivant, vous recevrez des conseils bien être et chaque nouvel article directement dans votre boite Email.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.