Se libérer de ses peurs !

 

En audio ↓

 

 

La peur est souvent au cœur des  problématiques car il est souvent difficile de la gérer. Et c’est l’émotion dont on a le plus « peur » ! Parce qu’elle est capable de nous paralyser, de nous empêcher d’agir et de grandir.

Mais pour la contrer, il est indispensable de lui faire face pour comprendre ce qu’elle cache. Ce peut être une autre émotion mais aussi le plus souvent, se trouve derrière, un désir caché et inassouvi de quelque chose !

 

Petit rappel :

 

Il est parfois bon de se souvenir lorsque nous étions enfant, la peur a toujours été présente. Et pourtant, elle ne nous a jamais empêché d’apprendre à marcher, passer nos examens, quitter papa et maman et fonder une famille…mais bien souvent, plus on grandit et plus on a peur de grandir !

La société ne nous aide pas non plus à nous sentir en sécurité. Si vous regardez les infos 3 fois par jour, il est évident que votre anxiété va augmenter ! C’est encore pire pour les hypersensibles comme moi. C’est pourquoi, j’ai arrêté net de m’imposer des images choquantes, toute cette violence et cette méfiance qui ne m’apportaient rien à part susciter des angoisses. Je vais uniquement chercher ce qui m’intéresse ! Et ça, ça fait déjà du bien…

 

Les principales peurs :

 

  • la peur de l’échec : elle peut aussi cacher la peur du jugement. Que vont penser les autres si je ne réussis pas ?
  • La peur de la maladie : elle peut aussi cacher la peur de l’inconnu, de la perte, du manque
  • la peur du manque : amour, argent, nourriture, addictions…
  • peur du jugement : peur du regard des autres
  • La peur de mourir : elle regroupe à elle seule pratiquement toutes les autres peurs comme l’inconnu, la solitude, la perte, la maladie, l’échec…

 

 

S’en débarrasser doit relever d’une urgence !

 

J’ai décidé d’affronter mes plus grandes peurs lorsqu’on m’a annoncé mon cancer du sein. Je savais que je ne devais rien décider tant que je serai sous leur emprise. Ma priorité fut donc de les éliminer au plus vite ! J’ai ressenti à ce moment là comme une urgence…l’urgence de me libérer et donc l’urgence de vivre !

J’ai eu peur de la maladie d’abord, puis la peur de mourir et celle de laisser mon fils si jeune et en creusant encore, j’ai eu peur de ne rien laisser derrière moi…quelle étrange découverte ! Et j’ai fini par saisir le sens.

En fait, je devais m’appeler Laurent et la vie a fait que je suis née fille. Pas de chance ! Mon père a dû être déçu ce jour là (il n’est  malheureusement plus là pour le dire) car j’étais la dernière de la lignée à porter son nom ! Et comme tout italien qui se respecte, la transmission du sang et du nom est extrêmement importante ! Sauf qu’en plus de cela, je n’ai pas pu avoir d’enfant biologique. J’ai dû encore une fois le décevoir grave ! En tous les cas, j’en ressentais inconsciemment une sacrée culpabilité. Donc derrière cette peur de ne rien laisser derrière moi se cachait cette énorme culpabilité ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, quand j’ai mis le doigt sur cette compréhension, toutes ces peurs se sont envolées comme un rien !!! Car j’ai pu à la fois pardonner à mon père bien sûr et me pardonner aussi d’avoir porté cela depuis ma naissance ! Et face à cette révélation, je saisis que je m’empêchais de vivre …

Pour trouver ce chemin de raisonnement, j’ai juste eu besoin de le vouloir fortement au départ, d’entendre tous les messages du corps, et avoir le courage de faire face à toutes ces peurs sans me juger ! On porte souvent des mémoires inconscientes qu’il suffit de faire remonter au conscient pour qu’elles se résorbent d’elles mêmes. On peut aussi faire un appel à un thérapeute de confiance pour nous y aider.

 

 

La libération :

 

Se libérer de ses peurs, c’est gagner en autonomie, en responsabilité. C’est assumer totalement les choix sans attendre d’être approuvé par quiconque. On se sent alors fier et non honteux d’avoir franchi un pas même si on trébuche ! Et on est convaincu d’apprendre davantage de ses erreurs ce qui nous permet de recommencer encore et encore jusqu’à réussir avec de nouveaux schémas de compréhensions.

 

Méthode :

 

Avant tout, il faut le vouloir ! Pensez juste un moment qui vous souhaiteriez devenir avant de mourir. Quelquefois, rien que de penser qu’on peut mourir demain nous apporte cette impulsion nécessaire au courage. Puis pensez que derrière la peur se cache souvent un désir inassouvi, non manifesté. Pour le trouver, posez vous ces simples questions :

 

  • Qu’est ce que cette peur m’empêche de faire ? ou d’être ? Et remplacer « m’empêche de  » par  « j’ai le désir de  » . Ressentez ce qu’il se passe en vous, si ça résonne.
  • Relativisez : Qu’est-ce qu’il pourrait m’arriver de désagréable si je me permettais de ? Et serait-ce si dramatique pour moi ?
  • Et cette peur est elle vraiment fondée ? La plupart du temps, elle est juste imaginaire, une illusion de l’esprit
  • Remerciez vous d’avoir pris conscience de cette peur en vous et extériorisez la soit en l’écrivant soit en en parlant autour de vous sans en avoir honte…
  • Repensez à toutes les réussites obtenues par le passé grâce à votre courage !

 

Et n’oubliez pas votre corps :

 

  • Installez vous confortablement dans un endroit calme, fermez les yeux pour une meilleure concentration
  • Observer sa peur c’est d’abord ressentir la gêne, le malaise, la sensation d’inconfort qui nous pénètre face à une situation embarrassante https://www.intuitivesante.fr/a-lecoute-de-ses-emotions/
  • Laissez lui toute la place dans le corps, et concentrez vous sur l’endroit précis où elle se situe puis sa taille, son intensité, si elle a une couleur, etc…
  • Quand vous la ressentez, posez une main dessus
  • Puis imaginez un endroit connu ou imaginaire que vous affectionnez particulièrement.
  • Et quand vous être prêt, allez déposer cette peur dans cet endroit mental en retirant votre main. Ainsi,vous alliez le corps avec l’esprit.
  • Prenez un instant pour vous remercier de ce geste et remercier aussi cet endroit qui le transmutera.
  • Peut-être qu’à ce moment, une pensée arrivera ou pas. Laissez votre corps vous parler sans interprétation ni jugement.

 

Vous pouvez refaire cette pratique aussi souvent que nécessaire. Les réponses  peuvent aussi arrivées plus tard. Laisser faire…

 

 

 

La vie nous met sans cesse au défi et plus on agit face à ses peurs, plus le courage grandit. Peu importe vos difficultés, vos galères de la vie, vos maladies, c’est un moment privilégié d’y observer vos peurs profondes pour mieux les affronter. Et agir face à vos peurs va vous permettre de vous en libérer.

 

« Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » de Périclès

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire si le coeur vous en dit…

 

Prenez soin de vous,

 

Laurence

Recevez en cadeau 3 clés essentielles pour vous aider à prendre LA bonne décision dans n'importe quelle situation !

En vous inscrivant, vous recevrez des conseils bien être et chaque nouvel article directement dans votre boite Email.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.